Galeries photos

Présentation

Dans l’œil d’un photographe professionnel

Prendre, attraper, capturer, saisir. Le champ lexical est très éloquent sur la photographie, pour exprimer qu’elle arrache au temps qui passe un instant précis pour le fixer sur une pellicule apprêtée, ou dans une carte mémoire programmée. Une photographie garde la trace d’un suspens, le vol du temps suspendu, pour reprendre les mots du poète, et d’un suspense : la tension du professionnel qui veut capter le moment parfait, celui qui s’est écoulé juste après, au moment-même, ou juste avant, aussi rapide qu’un clignement de paupière. Pour le photographe, l’instant crucial, c’est le clic. L’émotion vous prend juste avant et peu après, mais rient d’autre ne compte que l’instant, celui où le doigt presse le bouton. Qui peut imaginer quel sera l’impact de cet instant dans les heures, les semaines, voire – en de rares mais célèbres occasions – les années à venir ?

L’ombre d’une émotion qui passe sur le visage du musicien, ou de la chanteuse ; la langue du caméléon qui vient d’atteindre sa proie ; la pomme éclatée, traversée de part en part par la balle d’un revolver ; le tank arrêté devant la détermination d’un activiste… C’est le Graal du professionnel. Ces images ont fait le tour du monde et sont allées s’imprimer dans toutes les consciences.

La photographie a révolutionné notre rapport à l’image : jusqu’à l’invention du procédé, que l’histoire dispute à Nicéphore Niépce et à Louis Daguerre – le second ayant en fait diffusé et commercialisé une technique inspirée des expériences du premier - les images étaient le fruit d’un patient travail d’élaboration en atelier de peinture. Avec la photographie, l’artiste n’élabore plus l’image qu’il présente, mais il la capte. Tout est dans son œil, et dans son sens du timing, pour saisir, si la chance est avec lui - et avec nous – l’image parfaite !